« Comment oser introduire le corps dans les organisations ? » Par Pierre Goirand

Les 4 conditions pour braver la peur du rejet

La culture dominante de nos sociétés occidentales et a fortiori nos organisations privilégie l’expression de l’intellect sous forme de contenus et de « savoirs ».  Elle fait peu de place au corps dans le contexte du travail. Introduire la dimension corporelle dans les réunions, et plus largement dans les organisations, est une innovation qui vient bousculer les codes et les habitudes. Oser demande de braver la peur, la peur du rejet.

Quatre conditions peuvent nous y aider.

  1. Le sens : que l’introduction de la dimension corporelle ait du sens pour le groupe en fonction du travail qu’il cherche à réaliser.
  2. Son  leadesrhip personnel en tant que facilitateur : sa capacité à entraîner dans l’inconnu, au de là des obstacles.
  3. Sa légitimité : l’intégration de la dimension corporelle et de ses pratiques dans sa propre façon de vivre et de travailler au quotidien.
  4. L’art de la facilitation par le corps : savoir percevoir l’état d’un groupe, et disposer d’un large répertoire de propositions pour répondre à ses besoins pour faciliter son évolution, ses prises de consciences et les tâches qu’il veut accomplir.

Mais, bonne nouvelle, les temps changent. L’acceptation du rôle essentiel du corps dans la cognition, la relation, l’engagement et la résilience (pour ne citer que ces quelques domaines) n’a jamais été aussi partagée. L’ouverture à l’expérimentation des publics les plus variés n’a jamais été aussi grande. Si le besoin augmente et le risque diminue, c’est donc plus que jamais le moment d’oser !

Plus d’informations sur le parcours de  formation professionnelle à la facilitation par le corps : https://drive.google.com/file/d/1FkBUspbgG0AkhOYxLj31kj6menEzu1-n/view?usp=sharing
www.presenceleadership.net